Article

Article

Violent coup de frein pour les achats de camions

Company news | 26-06-2009 09:41 | Les Echos

25 juin 2009
Miroir de l'économie réelle, le transport routier, qui représente 80 % du trafic total de marchandises, est en chute libre depuis le début de la crise, à l'automne dernier. Du coup, les commandes de camions neufs se sont brutalement retournées, les entreprises de transport ayant même massivement annulé une bonne part de leurs réservations antérieures. « Au cours des deux derniers mois de 2008, les commandes des concessionnaires ont chuté de 90 %. Le secteur du poids lourd est passé brutalement d'une pénurie de l'offre à une pénurie de la demande », explique-t-on au Conseil national des professions de l'automobile (CNPA). Le marché français du poids lourd neuf a chuté de 31 % de janvier à mai et l'Europe n'est pas loin du rythme des - 40 %. « Cela va se dégrader encore plus », déplorent les responsables du CNPA.

Dès le début de l'année, Jean-Paul Deneville, le délégué général de la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR), signalait le caractère général des turbulences actuelles : « La nouveauté, c'est que nos clients sont tous en crise. Le BTP, l'automobile, l'agroalimentaire, l'industrie manufacturière, la vente par correspondance. De plus, nous avons affaire à la première crise d'une économie globalisée : le transport maritime a chuté de 50 %, avec toutes les conséquences pour le transport routier. »

Même en 2008, et malgré une première moitié d'année correcte, le transport des produits manufacturés a reculé en France de 7 % et celui des matériaux de construction de 6 %, selon le Commissariat général au développement durable. Les expéditions de ciment dérapaient de 7 %, celles des denrées alimentaires de 6 % et, plus généralement, les marchandises livrées au moyen des traditionnelles palettes chutaient de 8 %. Les choses ont continué sur la lancée en 2009.
Des prévisions pessimistes

Victimes du dérapage sans précédent de leurs propres carnets de commandes, les entreprises de transport routier, dont 81 % emploient moins de 10 salariés, s'efforcent de maintenir leurs effectifs mais ont tendance à alléger leur parc. Environ 35 % des adhérents de la FNTR ont déjà réduit leur flotte de camions, montre une récente enquête. Et 42, 5 % des chefs d'entreprise interrogés pensent que la crise devrait encore durer plus d'un an. Le secteur du bâtiment attend certes des commandes publiques émanant de collectivités locales, mais les procédures prendront du temps, estiment les distributeurs de camions.

Du coup, même les véhicules d'occasion, dont les prix moyens ont chuté de 50 %, ne trouvent pas preneurs et leurs stocks chez les concessionnaires n'ont jamais été aussi élevés (15.000 rien que pour les tracteurs routiers). Les usines des 7 constructeurs présents en Europe, qui d'ordinaire reçoivent 10.000 commandes par mois, tournent à peu près à 10 % de la normale !

Grâce à l'épuisement des commandes plus anciennes, les immatriculations de camions neufs devraient tourner aux alentours des 30.000 unités cette année, bien loin des 58.000 de l'année dernière.

DENIS FAINSILBER, Les Echos
source: http://www.lesechos.fr/info/equip/4879594.htm

 

Contacter l'annonceur "Violent coup de frein pour les achats de camions"

Nom:

Email: (votre adresse e-mail ne sera pas visible sur les pages web)

Commentaire:

Entrer le code visible sur l'image




Article


wordpress com stats